À la rencontre des étudiants Erasmus #3 : Beatriz

Beatriz est une étudiante mexicaine, à Bordeaux depuis septembre. Son français est impeccable, son léger accent est sympathique et elle a apporté des bonbons mexicains. Voilà une interview qui commence bien. 

Salut Beatriz, est-ce que tu peux te présenter ? 

Alors… Je m’appelle Beatriz, je viens du Mexique, je suis étudiante en relations internationales. Quoi d’autre ? Tu vas poser des questions de toute façon ! 

Tu as raison, première question donc : comment est-ce que tu t’es retrouvée à Bordeaux ? 

C’est un peu bizarre, parce que mon premier choix c’était Paris. Mais il y a un partenariat entre mon université au Mexique et Sciences Po ici. Au Mexique, quand tu dis que tu as étudié à Sciences Po, peu importe lequel, on sait que c’est très bon. Je veux travailler dans les politiques culturelles au Mexique, donc les cours ici m’intéressent. Je ne pensais pas particulièrement à Bordeaux, mais c’est très multiculturel et ça me plaît. 

Tu parles super bien Français, tu le parlais déjà avant de venir ? 

Et bien… Je parlais pas trop français avant d’arriver en septembre. J’en avais fait un peu au lycée, mais j’ai arrêté pendant un loooong moment – je crois que je me suis un peu améliorée. 

Un peu ? C’est impressionnant ! 

Sinon, tout se passe bien ici ? 

Les cours, c’est très différent. Ici on a juste un examen final en tant qu’Erasmus ; au Mexique on fait des papers ou des présentations, c’est plus sympa, et plus rassurant aussi je trouve. J’ai plusieurs nouvelles matières, j’avais déjà eu de l’économie avant mais le reste c’est assez nouveau… On verra bien ! [rires]

« On m’avait tout le temps dit « la France c’est comme ça » mais c’est assez différent de ce que je pensais, en fait »

Est-ce que tu as vécu une expérience un peu extraordinaire ici depuis septembre ? 

J’en ai eu beaucoup, c’est dur de choisir ! 

L’accueil au début, déjà. Quand je suis arrivée, je n’avais pas encore de lieu ou dormir. J’avais un hôtel le premier jour,  après j’étais chez une amie d’une amie (ça m’inquiétait un peu parce que dormir à côté de quelqu’un que tu connais pas, franchement au Mexique c’est pas une bonne idée). Après Julia la présidente d’Erasmix m’a hébergé une semaine. J’ai trouvé ça vraiment difficile de chercher un appart ici… Mais, en même temps, tout le monde m’a aidé. 

Sinon, je crois que je suis un peu folle, ou quelque chose comme ça. L’autre jour avec une amie je suis allé à une fête. Il y avait une tempête [la tempête « Fabien » de décembre, ndlr], on s’est dit « c’est pas un problème, on peut marcher, il pleut pas trop ». Il y avait tellement de vent ! Une dame nous a accueillie dans son garage, on est rentrés saines et sauves – mais on a eu la grippe… 

Et puis le jour le jour où on est allé à Toulouse, on s’est un peu retrouvé coincés entre la police et les gilets jaunes, c’était vraiment pas fait exprès, on s’en est sorti et c’était drôle. C’est assez impressionnant les manifestations ici, quand même. 

Tu vois, j’en ai beaucoup des expériences extraordinaires !

Quelle est la principale différence avec le Mexique, qu’est-ce qui te frappe ? 

Ça paraît un peu triste dit comme ça mais c’est la réalité : le Mexique c’est dangereux. Ici, si je sors d’une fête je peux rentrer chez moi toute seule ; je ne le ferai pas au Mexique. C’est ce que j’aime ici : je peux sortir à l’heure que je veux et faire ce que je veux ! 

Et puis sinon, j’adore les chocolatines [elle se rattrape tout de suite] enfin les pains au chocolats – oui je sais qu’il y a un débat. Qu’est-ce que tu dis toi ?

Franchement, je suis d’accord avec toi, on dit pain au chocolat. Mais ce ne sera pas le cas de tout le monde, on ferait mieux de changer de sujet. Tu penses que c’est dans les mentalités, les Français et les Mexicains sont très différents ? 

Oui et non. Quand on se rencontre au Mexique on se touche beaucoup, c’est la culture latino. On se fait un « hug » alors qu’ici il y a un peu de distance je trouve. Mais en même temps, je suis beaucoup avec les Erasmus, il y a des Suisses, des Norway…. Comment ça se prononce ? Des norvégiens ? Et tout le monde fait différemment. 

Après bien sûr les gens sont très différents au Mexique, c’est pas que des stéréotypes. Ce que j’aime ici c’est qu’il y a de la diversité. 

Quelque chose te manque en particulier ? 

[Beatriz soupire] Ouiiii, la nourriture. Je sais que j’ai dit que j’aimais bien les chocolatines, mais la nourriture mexicaine me manque. Au Mexique il y a beaucoup de piments ; beaucoup de sauces (poulet, tortillas). Ici tout est doux, et je me demande pourquoi vous mettez des pommes de terre partout. 

Et bien sûr, mes amis et ma famille me manquent aussi. Mais je suis super contente de vivre quelque chose de différent. C’est quelque chose que tu veux faire « at least once in your life » ! 

Des projets pour la fin de l’année ? 

J’ai pas encore pris mes billets d’avion pour le retour donc j’ai le teeemps. Pourquoi pas un road trip ? Je ne suis pas encore allée en Espagne. Et je veux visiter la France, aussi : pour le moment je connais juste Paris et Toulouse ! 

Un dernier mot pour conclure cette interview ?

Oui, j’ai une remarque à faire. Il y a une chose en France, tu ne dis pas toutes les lettres que tu écris, c’est pas pratique et je pense que c’est pas clair même pour vous des fois… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s