Sciences Pipo, le retour : de l’architecture à l’IEP.

Trois ans après l’inauguration du nouvel IEP – mais si, vous savez, cette cérémonie où il y avait de sushis volontés même si on n’était pas franchement invité. Quelques questions perdurent en termes de cohérence architecturale.

Sushis à volonté

Quid d’abord de cette terrasse au dessus de la bibliothèque ? Son existence étant inexpliquée, elle demeure un espace inutilisé alors qu’extrêmement convoité. De nombreux APRI l’utiliseraient volontiers pour rooftoper – qu’importe la langue française, qu’importe s’il y a un roof au dessus du rooftop, au prix où est le mètre carré à Bordeaux, il y a clairement quelque chose à jouer.

Intéressons nous également aux passerelles – très jolies au demeurant et ce malgré leur bleu criard, là n’est pas la question. Il semblerait qu’elles soient construites dans une matière qui vise à amplifier chacun des pas pour que des peuples extra-terrestres puissent être mis au courant de notre existence. La NASA a encore beaucoup à apprendre de ce côté là. Que ce soit une classe de 1A sortant dix minutes plus tôt de leur tutorat en études po (yes!) , un étudiant à la recherche du bureau de Stéphanie Stockage ou un professeur essayant de ne pas se faire remarquer, l’effet est invariablement le même.

Qui es tu Stéphanie Stockage?

Les passerelles sont responsables de 95% du volume sonore de l’atrium, et on se demande bien pourquoi. Au point que les traverser devient un stress pour plus d’un.

La question de la numérotation des salles, elle, mérite son propre article.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s