Noire n’est pas mon métier

Noire n’est pas mon métier, livre écrit à 32 mains était sur la table de l’amphi la Boétie à l’occasion de la venue d’une de ses auteures, la comédienne Mata Gabin, invitée par Déka Ewé, association étudiante de solidarité internationale. Loin de là l’idée d’une simple promotion du livre, l’actrice s’est livrée à un authentique plaidoyer sans concessions, souvent drôle, pour plus de diversité dans le cinéma français.

Un livre somme des expériences vécues

L’idée est venue de la comédienne Aïssa Maiga, suite à l’éclatement de l’affaire Weinstein, qui a décidé de réunir ses consœurs et amies comédiennes autour d’un livre. « Une idée magnifique » pour Mata Gabin. « Je suis une fan de l’écriture, je trouvais magnifique qu’une actrice de cinéma convoque d’autres actrices pour écrire ». Dans ce livre, dont le titre vient du texte de Rachel Kahn, les 16 comédiennes livrent leur vécus. Firmine Richard parle ainsi des différences de salaires entre femmes noires et blanches sur un tournage, Shirley Souagnon qu’elle est tout de suite devenue sa propre cheffe d’entreprise, et Sara Martins de son rêve de devenir danseuse classique. Au fil de ses témoignages, surgissent de nombreuses remarques racistes « Tu es tellement intelligente que tu mériterais d’être blanche ».

Le livre soulève aussi le problème du harcèlement sexuel. Lors de la conférence, Mata Gabin nous raconte l’agression sexuelle dont elle a été victime, d’une personne du milieu qu’elle ne nomme pas « Il y a une représentation délirante comme quoi les femmes noires sont des fantasmes sexuels extraordinaires et sans envoyer aucun signaux le mec se jette sur moi ».

Jouer en dehors des clichés

C’est en regardant Béatrice Dalle dans le film El Silencio, qu’est née chez Mata Gabin cette envie d’être comédienne. « J’avais envie de faire quelque chose qui était différent ». Des castings, elle en a fait une ribambelle depuis 1995. Mais à chaque fois on lui proposait des « rôles d’infirmières de prostituées ou de racailles de banlieues ». « Au début, on les fait les rôles ». Mais quand un directeur de casting lui propose une nouvelle fois de jouer une femme de ménage. « Là c’est too much, tout le temps on doit s’appeler Fatou. Là ça vous montre à quel point il y a du boulot ». Ce n’est que depuis cinq ou six ans qu’elle est contactée pour ce qu’elle est et qu’elle ne joue plus les rôles parce qu’elle est noire. Sur ce mot justement la comédienne affirme haut et fort que non noir n’est pas un gros mot. « C’est ridicule de nous appeler black. Les gens disent black parce que les gens sont gêné par le mot noir. Ce mot black donne une sensation que noir c’est négatif, c’est insultant non il faut dire noir »

Des rôles clichés, elle en a donc plus qu’assez « Parce que je suis privilégiée, il faut que j’ouvre ma gueule. Oui moi je vis de ce métier, je suis comédienne depuis 1995, je fais partie de ce milieu, si je contribue à continuer de jouer des rôles clichés, je continue d’amener de l’eau à ce moulin pourri ». Mais alors comment pallier ce manque de diversité. Les quotas ? « Je trouve ça débile d’en arriver là mais je ne suis pas contre ». Avec son collectif, elle est en train de créer une charte, demande à ce que les directeurs de casting fassent appel à des comédiennes noires selon leur caractères.

C’est donc en s’extirpant des clichés, en cessant de donner « cette image systématique qui n’est pas bonne » que le cinéma et la production audiovisuelle française pourra avancer avec le monde selon Mata Gabin. Et puisque le cinéma est le reflet de la société, c’est en donnant des rôles de juge, d’avocat, de cheffe d’entreprise à des comédiennes racisées que les collégiennes, lycéennes et étudiantes se diront que oui c’est possible de faire ce métier. En donnant des role models positifs. Et donc, comme dirait Mata Gabin « Il faut plein de bébés Black Panther ».

Jordan Dutrueux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s